Eglise Saint-Etienne

Un peu d’histoire !

A Friville-Escarbotin-Belloy, les constructions les plus anciennes du bourg sont à Friville. L’église dont le choeur date du  XVème siècle indique que Friville était autrefois le centre de la paroisse.

Les premiers seigneurs de Friville portèrent le nom du village. On a connaissance d’un Hugues de Friville qui vivait en 1185, de Laurent de Friville en 1291, de Laurent de Friville en 1241, puis la seigneurie est passée à la famille de Béthencourt (Jean de Béthencourt en 1249) et ensuite à la famille Coppequesne au début du XVème siècle. Le château actuel  a été construit à la fin du XVIIème siècle pour la famille Coppequesne.

L’église de Friville se compose d’une partie ancienne et d’une partie plus récente. La partie récente est le clocher en briques, couvert en ardoises. La nef et le choeur, plus anciens, sont aussi en ardoises.

le choeur date de la deuxième du XVème siècle et a été construit par les moines de l’abbaye de Sery. La nef a été construite en 1785. Le clocher a été reconstruit en 1850 sur les plans de Monsieur Coulombel, architecte à Abbeville. En 1903, le tonnerre lui a enlevé une partie de son toit. En 1856, Monsieur le comte Anatole d’Hardivilliers a acheté une concession dans le cimetière qui entourait l’église et a construit la chapelle actuelle qui sert de sacristie.

L’histoire de l’église de Friville se confond avec l’histoire des curés de Friville qui , depuis l’origine, étaient des religieux de l’abbaye de Sery. Le premier curé connu était Messire de Faukembert, 22ème curé de Sery, en 1400. Messire Gambier, abbé de Séry également, avait été envoyé à Rome pour demander une dispense, il a été curé de Friville jusqu’en 1541. Ces prêtres étaient des chanoines réguliers qui devaient faire passer la ferveur chrétienne des monastères dans les paroisses. Au cours des années et de leurs successions, les curés ont entretenu, restauré, reconstruit l’église en partie. Messire Jeaan Cassin était assisté d’un vicaire qui faisait fonction d’instituteur. Il restait à côté de l’église dans une chaumière appelée maison vicariale. En 1636, un deuxième vicaire fut envoyé à Escarbotin, il a été en même temps maître d’école. Le curé de Friville lui a fourni une maison et cinq journaux de terre. Messire Jean Lemoine a obtenu l’autorisation d’instituer dans l’église de Friville une confrérie du rosaire, en 1693. Il y a eu jusqu’à 130 confrères et consoeurs au temps de Monsieur Houillier ( 1875 – 1908?).

Restaurations
Monsieur Cassin a fait refondre deux cloches sur place en 1641. Monsieur Lemoine a fait des réparations au toit de l’église et aux piliers du choeur en 1667.
Monsieur Briez a fait paver en pierres l’allée de la nef, construire le grand autel et l’autel de Saint Nicolas (aujourd’hui de Saint Pierre) entre 1723 en 1740. Monsieur Lion a fait don à la paroisse d’un tableau à la paroisse d’un tableau de Saint Etienne, en 1742 et a enrichi le clocher d’une horloge de 260 livres, oeuvre d’un paroissien, Jacques Macquennehen, venu d’Allemagne en 1745.
Complète restauration de la nef qui menaçait ruine (dépenses totales : 4701 livres).
Monsieur Willaume, après les sans-culottes, a restauré l’église, a acheté ciboire, chapes et ornements assortis. Il a été enterré entre les deux piliers du sanctuaire, côté épître. Monsieur de Villepoix a continué l’oeuvre de restauration, a fait réparer les vitraux, a obtenu le tableau de Saint Jean-Baptiste et la descente de Croix et a acheté deux tableaux de Saint Etienne et la descente de a Croix. Il a fait exécuter, pour encadrer la descente de Croix, le retable qui aujourd’hui sert de niche au Sacré-Coeur, en 1828. Diverses réparations ont été réalisées en 1837.
Monsieur Defer fait reconstruire le clocher, Monsieur le Comte d’Hardivilliers avait fourni le sable.
Sacristie, nouveau chemin de Croix en 1860.
Trois cloches neuves dont deux proviennent de la refonte des autres, en 1864. La 3ème provenait du don de Monsieur d’Hardivilliers. Ostentatoir doré, ciboire. Chaire gotique et calices des fêtes en 1866.
Monsieur Houillier, à son arrivée, a fait palcer la statue du Sacré-Coeur. Elle fut bénite le premier dimanche d’octobre en 1884. En même temps, reposoir à Marie Immaculée. Restaurations du choeur et des pignons. Don financier de Monsieur le Comte et Madame la Comtesse pour les quatre croisées du sanctuaire et divers dons de familles : lustres, chandeliers…
Legs de Monsieur le Comte d’une maison pour l’agrandissement du cimetière et don financier de Madame de Bouhier.